ET SI IL N’Y AVAIT RIEN A FAIRE…

ET SI IL N’Y AVAIT RIEN A FAIRE…

On a souvent tendance à dire ” je me bats contre une maladie, une idée, une façon de penser etc… et si nous prenons le temps de re-sentir se qui se passe énergétiquement, émotionnellement et physiquement lorsque nous sommes dans ce mode d’action, nous contactons notre colère, notre désarroi, nos limites… et à force de se “battre contre”, c’est un véritable combat contre nous-même, une lutte épuisante, et en plus à force d’être “contre”, nous nous en rapprochons encore plus et sommes “tout contre”!…


Alors que si j’exprime cela par “j’oeuvre pour“, ou “j’oeuvre à“. Que se passe-t-il? je vous invite à faire consciemment cet exercice.
Je ne me bats plus, mais je fais “avec” et je me responsabilise (pas, culpabilise!), je fais des choix. Je deviens un acteur bienveillant de ce que je vis, pense,etc…

pour ma part, j’ai décidé d’oeuvrer à rendre ma vie plus douce, à traverser ce qu’elle met sur mon chemin, de puiser dans mes ressources et comme tout le monde, j’atteins aussi mes limites! Mais pour autant, je ne me sens pas perdante!

  • Apprendre à accueillir son chagrin, ses peines, ses émotions, justement comme une vague qui nous traverse et nous propose de nous poser à l’intérieur.
  • Sortir du système : ACTION/REACTION
  • Ne rien faire, laisser ÊTRE pour s’ouvrir au ressenti.
  • Une forme d’acceptation pour pouvoir poser les bonnes questions… les intentions, les synchronicité

c’est ce que je vous propose de voir ensemble ce soir: Jeudi 24 janvier à 20h30 sur ma page Facebook:

https://www.facebook.com/catherinebeharlive/

 

 

Facebookgoogle_pluslinkedin

Leave a Reply